Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 04 . La langue provençale . > Oc et oil ...

Oc et oil ...

 Oc et oil ...   

Fort heureusement en Provence, de nombreux cercles se sont constitués pour perpétuer la langue provençale : des asociations locales, des cours au collège et au lycée ont réussi à ne pas laisser le "provençal" sombrer dans l’oubli . Hélas, à Tourtour, malgré des essais, notre patois bien local va disparaître dans les prochaines décennies : si rien n’est fait sur le village, les quelques vingt personnes environ qui parlent ou comprennent lou prouvençaou auront disparu et plus rien ne subsistera sur notre commune de cette valeur culturelle qui ne devrait jamais s’éteindre . Formons le voeu que des tourtourains se saisissent de cette question patrimoniale et impulsent un sursaut d’identité locale (à l’époque où l’on ne parle que de l’identité nationale..).

Dans cet article, quelques éléments d’informations sur les langues d’oil et d’oc, au nord et au sud et aussi les particularités de notre langue provençale au fil des siècles . 
Un détail : en août 2009, au Théâtre de verdure, le groupe Moussu T est venu donner un concert : les musiciens et chanteurs viennent de La Ciotat et ils ont chanté quelques chansons "en provençal" . Les tourtourains qui comprennent le provençal classique et son adaptation locale par le patois du Haut-Var, ne pouvaient guère suivre les chansons car tout était traduit en occitan : donc, mêmes origines, même grammaire mais un vocabulaire et une conjugaison qui faisaient ressortir toutes ces différences régionales.

 

 

C’est Dante,  poète toscan né au XIIIe siècle, qui a rendu célèbre la distinction des langues romanes en les classant en fonction de la façon avec laquelle on disait oui :
- langues d’oïl au nord de la France,
- langues d’oc au sud de la France,
- langues de si pour l’Italie et l’Espagne.

 
L’origine d’oc  

Oc vient du latin hoc qui signifie littéralement cela. En fait, on exprimait ainsi l’affirmative : c’est cela ! De ce terme s’est forgé le nom de la région du Languedoc, pays de langue d’oc. Il s’étendait de la Garonne au Rhône, sa capitale était Toulouse.

 Le terme Occitanie apparaît au Moyen Âge sous sa forme latine Occitania, nom dont la terminaison a certainement été forgée sur le modèle d’Aquitania.

Aujourd’hui oui s’écrit oc en occitan mais le c final ne se prononce pas (excepté dans le nom Lengadoc ou bien pays d’oc). En provençal, oui s’écrit o. Frédéric Mistral parle de la lenga d’o (langue d’o). A l’est du Rhône, c’est donc le pays d’o !  

langues d'oc langues d'oïl

L’origine d’oïl et oui 

Dans la Chanson de Roland (fin XIe), on trouve oil. Ce mot est composé de hoc auquel on a rajouté il, pour renforcer l’affirmation. De même, on disait o-je, o-nos etc... comme les Anglais affirment encore aujourd’hui en disant yes, I am ; o-il correspond à yes, it is (oui, c’est cela).

La prononciation de cette époque est différente de celle d’aujourd’hui : on ne disait pas [oï] mais o-il. En outre, la prononciation du o avait tendance à se transformer en [ou]. On passe à [ou-il] puis la lettre finale l (comme le c dans le midi) a disparu de la prononciation pour devenir [ou-i] puis en une seul son : oui !

Au XVIe, Clément Marot  écrit :
et tant qu’ouy et nenny se dira, per l’univers le monde me lira.

A propos de la négative, nenny (ou nennil) est construit de la même façon : à partir de nen (variante de non et le suffixe -il).
nenny pas ! signifie : pas du tout !

Cette expression est encore présente dans l’expression : que nenni !  

Pour les tourtourains qui veulent retrouver une part des préceptes linguistiques, on propose une comparaison entre différentes traductions de l’Article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : c’est amusant de constater les similitudes mais aussi les différences. Pour la prononciation, mettez vous bien dans la tête d’un provençal.... 

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité."

Languedocien, norme classique
Totes los èssers umans naisson liures e egals en dignitat e en dreches. Son dotats de rason e de consciéncia e se devon comportar los unes amb los autres dins un esperit de fraternitat.

Auvergnat
, ( norme bonnaudienne : variété auvergnate du languedocien )
Ta la proussouna neisson lieura moé parira pà dïnessà mai dret. Son charjada de razou moé de cousiensà mai lhu fau arjî entremeî lha bei n’eime de freiressà.

Provençal
, norme mistralienne (selon les normes de l’auteur).
Tóuti lis uman naisson libre. Soun egau pèr la digneta e li dre. An tóuti uno resoun e uno counsciènci. Se dèvon teni freirenau lis un ’mé lis autre

Provençal niçois
Touti li persouna naisson libri e egali en dignità e en drech. Soun doutadi de rasoun e de counsciència e li cau agì entre eli em’ un esperit de fraternità.

Provençal norme classique
Totei leis umans naisson libres. Son egaus per la dignetat e lei drechs. An totei una reson e una consciéncia. Se devon tenir frairenaus leis uns ambé leis autres.

C’est bien de se souvenir que l’on vient de loin ............

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017