Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > Galéjades, couillonnades ... > Oh moùn Dioù !!... A Tourtour, le prix du verre de rosé s’est envolé (...)

Oh moùn Dioù !!... A Tourtour, le prix du verre de rosé s’est envolé !!....

Oh moùn Dioù !!... A Tourtour, le prix

du verre de rosé s’est envolé !!....

Ohlala, les dommages collatéraux du Covid-19 ne cessent de se rajouter les uns aux autres, dans des domaines qui touchent toutes les strates de la société... Le drame que vivent des milliers de familles sur notre territoire (et par millions sur toute notre planète) impacte la vie sociale, économique, familiale, culturelle de toutes les franges de population. Et pour l’instant, nul ne sait comment sortir de cette pandémie, ni quand les effets du confinement seront assez probants pour que les français aient la permission de retrouver une existence qui ressemblerait à celle de l’avant coronavirus...

Pour parvenir à une issue "favorable" à cette pandémie, les autorités gouvernementales ont édicté de nombreuses contraintes recommandées par les sommités médicales et scientifiques : les gestes barrières, le confinement, les masques, les tests de sérologie, le lavage des mains, les dérogations de déplacement... Une autre mesure est mise en place pour tous, la distanciation sociale (on dit aussi l’éloignement sanitaire) : chacun doit conserver une distance d’un mètre minimum entre son voisin dans une file de magasin, un mètre avec toute autre personne, pour éviter la transmision du virus par des goutelettes microscopiques émises lors de toux, éternuements ou discussions... Cette contrainte est une des priorités dans les obligations à respecter scrupuleusement et de fait, elle est rigoureusement contrôlée...

Toutes les mesures contraignantes sont généralement bien observées par les citoyens et les gendarmes veillent à leur application, en particulier l’imprimé de dérogation daté et signé, avec le motif de la sortie... Mais parfois, le confinement est plus difficile à supporter pour certains et des dérapages peuvent arriver... Rendons-nous compte !!...Boire un verre ou deux de vin rosé sur une terrasse de la Place des Ormeaux, pour certains c’est un rituel. Et quand il a fallu s’en priver pendant un mois, ça commence à peser !!. Hélas, l’imprimé de dérogation ne prévoit pas de se retrouver une tablée et le risque de se faire surprendre par la maréchaussée est élevé... Malgré tout, le fruit défendu et le goût de l’interdit sont pardois plus forts que la peur du gendarme...

Et l’on peut se retrouver avec notre cher Didier (dit "Barbasse") adorateur inconditionnel du breuvage rosé, accompagné d’une amie, attablés sereinement en terrasse... Dérogation non prévue par les autorisations possibles indiquées sur l’imprimé officiel ... Et dans ces cas-là, les risques encourrus sont encore plus élévés... C’est passé une fois, deux fois et un début de soirée, la voiture bleue s’est arrêtée sur la place, près de la fontaine...Les deux gendarmes ont expliqué la règlementation, rappelé les consignes de prévention, souligné l’infraction caractérisée et ils ont appliqué à la virgule près les sanctions prévues !!...Et tchin-tchin, le verre de rosé s’est retrouvé au prix de 135,00€ !!... Oulala !!... On sait bien que le rosé est devenu la nouvelle potion miracle des vignobles provençaux, mais de là à lui octroyer une telle augmentation, avouons que la note est salée !...Et pourtant, c’est logique !...

Notre chère nouvelle élue Brigitte nous avait promis - photo à l’appui - une place où le seul bruit était le "gazouillis" des oiseaux, où personne ne circulait, où tout était nickel... Oui, pour la grande majorité ! Mais parfois, elle n’a pas son appareil... Chrystel a également été "empéguée" pour être sortie de chez elle pour aller à la fontaine, sans le papier-visa... Robin (l’anglais, mari de Lynn) a été puni avec son ami pour lui avoir parlé de voiture à voiture, vitre baissée...Bryan et Sylvie ont été verbalisés au même tarif pour défaut de papier dérogatoire. Les gendarmes sont là deux fois par jour, en voiture mais aussi à pied dans les ruelles et ils n’ont donc pas donné l’impression de vouloir jouer les laxistes...

Le prix du verre de rosé a été multiplié par 55 avec cet épisode gendarmesque... Reconnaissons que ça fait cher la gorgée... Heureusement, avec les élus des deux listes Brieugne - Jugy qui vont bientôt trouver des masques et des tests, tout va aller mieux...Le nouvel élan va nous protéger et le verre de rosé va revenir à un prix raisonnable ... Oh pôvre dé nàoutré,..sian pas bèn ségu d’aquô !!...

 

Répondre à cet article

Mis à jour le mardi 13 avril 2021