Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > On est entre nous...

On est entre nous...

 

 On est entre nous... 

(JPG)

L’information municipale, depuis la dernière élection de mars 08, est transmise à partir de deux publications.

  • Le "Billet d’Humeur" est envoyé environ tous les deux mois (ou plus souvent si l’actualité est plus riche). C’est un outil de la communication offerte par l’équipe municipale afin d’informer la population tourtouraine des derniers faits intervenus sur la commune. En particulier, bien sûr, les derniers dossiers engagés par la Mairie et les positions adoptées en conseil municipal.
    Les habitants du village sont évidemment tenus au courant par le téléphone provençal (qui fonctionne tout aussi bien que l’autre) mais la publication de ce billet permet aux autres tourtourains d’adoption de recevoir un élément important pour s’intégrer plus facilement dans les arcanes de la vie du village
    .
  • Le "Troumpetoun" (qui existait jusqu’à présent) sera publié en fin d’année civile et sera principalement cansacré à la vie des associations : les bilans, les responsables, les activités menées sur l’année, les projets et les perspectives.

    

Dans la rubrique du site "L’Union", on va se permettre de faire une relecture des textes publiés dans ces deux parutions : il s’agira simplement de faire des petites observations sur les idées émises, sur le contenu des dosiers, sur la forme d’un projet ou sur le fond de la gestion communale. Il ne s’agira nullement de critiquer sans proposer, de détruire sans construire, de blesser sans soigner, d’accuser sans défendre... A aucun moment, une personne ne sera visée personnellement en des termes d’humiliation ou par l’utilisation de râgots colportés sur les bancs de la place.
Par contre, l’ironie, la galéjade, le calembour (et autres traits d’humeur ou d’humour) ne pourront guère être considérés comme des attaques personnelles à classer dans la catégorie des propos diffamatoires... Exemple : dans un article, il est question de Mr le Maire qui joue du galoubet et que l’on espère vigilent et méfiant face à ceux qui voudraient lui apprendre le pipeau pour mieux nous endormir... On ne va pas non plus alerter les autorités juridictionnelles pour une petite vanne à 25 centimes ( il pourra y en avoir de plus onéreuses) qui ne fait que souligner une crainte ressentie et extériorisée avec l’espoir secret qu’elle ne sera pas fondée. L’emploi du conditionnel aide également à situer la phrase dans un contexte prospectif et non situationnel. 

Puisqu’on est entre nous, faisons comme on fait quand on parle sur la place ou dans les ruelles : on se branche, on se titille, on se moque, on balance, on ergote, on amplifie, on colporte, on rabâche, on répépie, on taille des costards... mais pas beaucoup le font avec une méchanceté maladive. Acceptons tous ensemble de ne pas croire ou penser les mêmes choses, écoutons la musique des autres et lisons bien les mots avec l’idée qu’entre les lignes, il n’y a pas toujours obligatoirement des cartouches de chevrotines qui sont prêtes à être engagées dans le canon du fusil....

Le site s’appelle "Tourtour, notre village" et le pronom est important dans le titre. Tout le site ne sera que le reflet d’un amour profond pour notre village qui comme dans toutes les histoires romantiques connaîtra des épisodes à secousses mais qui fêtera malgré tout un jour ses noces de diamant...

 

 

 

 

Répondre à cet article

Mis à jour le samedi 26 septembre 2020