Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 001 . Autres célébrités à Tourtour . > Sportifs et champions . > Raymond Poulidor, Tour du Haut Var-Matin

Raymond Poulidor, Tour du Haut Var-Matin

Raymond Poulidor, Tour du Haut Var-Matin

Celui qui est appelé "Poupou" est depuis quelques années le parrain de l’épreuve cycliste "le Tour du Haut Var-Matin", course qu’il a été le premier à remporter, en 1969...Raymond Poulidor, l’un des sportifs les plus populaires de notre pays vient rendre visite à Tourtour lors de cette compétition hivernale...

L’an dernier, par exemple, il avait séjourné à la Bastide et le candidat-député (et maire de Tourtour), Pierre Jugy, ne pouvait pas louper l’occasion d’aller à la pêche aux voix et de profiter de l’aubaine pour tenter de redorer son blason très fortement terni par les tripatouillages avec le FN...Se montrer avec Poupou, ça devait pouvoir rapporter un bon paquet de suffrages !!...
Sur la photo ci-dessous, on voit Pierre Jugy venir gratter l’épaule de Raymond Poulidor pour quémander un moment de rencontre, avec photographe affrété par le directeur de campagne, Williams Aureille, toutou du sénateur lepéniste David Rachline...
"S’il vous plaît, Poupou, c’est possible qu’on parle un peu ensemble, je suis candidat pour le poste de député...c’est possible, Poupou ?.."

La gentillesse légendaire de Raymond Poulidor n’est pas un vain mot et le champion des années 60-70 accepta de parler avec le candidat ...
Habilement, le maire de Tourtour, profita que les voisins allaient au buffet, pour s’asseoir auprès du champion....(style j’ai mangé avec Raymond !!..). Mais, au cours de la discussion, le glorieux cycliste limousin rappela à Pierre Jugy qu’il fallait savoir choisir ses amis -surtout en politique-, qu’il fallait savoir se contenter de ce que l’on avait, qu’il fallait ne pas s’imaginer aller plus haut que ce que l’on méritait... Il lui rappela aussi que le "Poupou" préféré des français était surtout connu et célèbre pour être l’éternel second (même s’il a pourtant gagné de grandes courses)...Quelques semaines plus tard, lors du dépouillement du scrutin de l’élection législative, dans le château communal, Pierre Jugy a sans doute dû se souvenir de l’anecdote "Poupou" en se voyant candidat arrivé second au second tour !!...Il paraît que depuis, il appelle le député Fabien Matras,...Anquetil !!...

Bravo Poupou !...tu l’avais prévenu notre Pierre !!...

______________________________

Bien sûr, le journal régional Var-Matin, sponsor principal de l’épreuve, a rencontré notre Poupou national...
Article de Var-Matin, paru le dimanche 11 février 2018.

Premier lauréat de l’épreuve en 1969 et aujourd’hui parrain du Tour du Haut Var-matin, Raymond Poulidor est l’une des figures incontournables de la course. Il évoque ses souvenirs et la particularité de cette compétition.

Samedi 17 et dimanche 18 février, le Tour du Haut Var-matin fêtera sa cinquantième édition.

Que représente cette course pour vous ?
"Il y a cinquante ans que je l’ai gagnée. À l’époque c’était Nice-Seillans, avec Moïse Puginier à l’organisation. Il suffit de voir le plateau des participants : pratiquement les meilleurs sont là."

Vous souvenez-vous de votre victoire, en 1969 ?
"On partait de Nice et il tombait un peu de neige. On n’avait pas d’assistance, à l’époque. je me souviens de René Bertrand, qui tenait un magasin de cycles Mercier. Lorsqu’il a vu que j’étais frigorifié et que je voulais abandonner, il m’a dit : "non non, il va faire soleil !". D’un point de vue vestimentaire, on n’avait pas tout le confort d’aujourd’hui et on sentait plus le froid. Puis, je me suis requinqué et j’ai gagné avec deux minutes d’avance."

Quelles sont les particularités de cette épreuve ?
"Les premières éditions étaient en altitude et il y avait souvent de la neige. C’est une course qui est très difficile. Il y a des côtes sans arrêt, et le temps y fait beaucoup : est-ce qu’il y aura de la neige, du beau temps… On ne sait pas ! C’est une course très disputée, il n’y a guère de temps mort. Celui qui n’est pas entraîné aura du mal et ne pourra pas s’imposer."


Raymond Poulidor. Photo Philippe Arnassan (Var-Matin)

C’est un incontournable du début de saison ?
"Oui bien sûr. Maintenant, c’est une classique. On s’en aperçoit vite lorsqu’on regarde le palmarès."

Des coureurs vous ont plu ces dernières années ?
"Évidemment. Je me souviens d’une année où Jalabert avait gagné. Il conduisait pratiquement ! (rires). Ou celui qui s’est imposé l’an dernier, Arthur Vichot, qui était très bien."

Depuis votre victoire, votre rôle a bien évolué…
"Maintenant je suis le parrain, l’invité d’honneur. Je suis dans une voiture, confortablement installé !" (rires)

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 4 décembre 2018