Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 001 . Autres célébrités à Tourtour . > Personnages politiques . > René Bousquet (serviteur de l’Etat - !-) à Saint-Pierre de Tourtour

René Bousquet (serviteur de l’Etat - !-) à Saint-Pierre de Tourtour

René Bousquet

(serviteur de l’Etat - !-),

à Saint-Pierre de Tourtour

 (les couleurs sombres du titre ne sont pas innocentes !)...

Dans cette rubrique des célébrités ayant séjourné à Tourtour, à côté de destins remarquablement célèbres pour leur vie exemplaire, on peut aussi trouver des personnages aux nombreuses zones d’ombre et René Bousquet en fait prioritairement partie : son fils Guy vit actuellement au lotissement de Saint-Pierre et l’actualité électorale du village le place au centre d’une des rumeurs qui commencent à parcourir le paysage local autour de la prochaine élection municipale de mars 2014. En effet, savamment téléguidés par ceux qui les font circuler en premier et qui espèrent que l’onde va se propager, des bruits persistants font état d’une éventuelle liste présentée au nom de la bannière Rassemblement Bleu Marine, (autrement dit sous une étiquette que l’on avait - il n’y a pas si longtemps - plutôt tendance à qualifier de très proche du Front National et de la mouvance de l’extrème-droite) ...Cette hypothèse semble être une puérile manoeuvre destinée à faire diversion mais ces procédés classiques de tentatives pour "noyer le poisson" laissent toujours - un peu comme la calomnie - quelques traces même après leur disparition !... Il serait donc bien utile de savoir qui a intérêt à faire partir le ragot, savoir qui a orchestré la circulation du racontar mais avant tout, savoir à qui profite la propagation de telles hypothèses bien suspectes ...Hélas, bien sûr, comment faire pour le savoir  ??...Ce monsieur Guy Bousquet est-il même au courant de cette rumeur le concernant, lui qui est censé être le mentor de la liste ? : son âge avancé (il est octogénaire) ne lui permettant sans doute pas d’être tête de liste (cela étant, on en a vu d’autres se présenter encore plus tard !), il faudrait donc un tourtourain qui serait le pilote de cette périlleuse aventure ... Et il faudraut aussi trouver quatorze colistiers (logiquement 7 femmes et 7 hommes) qui accepteraient de se déclarer nommément sur cette liste bien ciblée Le Pen, ce qui n’est vraiment pas évident - même dans un village où le papa Jean-Marie est arrivé jusqu’à 31% des suffrages - ! En résumé, cette entourloupe organisée autour de la "liste Bousquet" ne devrait pas faire long feu mais elle aura réussi à faire brûler quelques brindilles et messugues ...

 Guy Bousquet, fils de René Bousquet.

Le fils Guy était avocat et son père, René Bousquet, a eu un destin peu commun mais il serait bien curieux que ce destin épouse celui de la commune ......

Son père, René Bousquet n’a jamais été un résident permanent au lotissement de Tourtour mais il y venait très souvent avec sa famille (petits-enfants) jusque dans les années 90.
Personnage politique largement décrié pour ses actions lors du gouvernement de Vichy, ses responsabilités dans la déportation de milliers de juifs, ses relations ambigües avec François Mitterrand ... Il restera dans l’Histoire comme un serviteur zélé de l’Etat au destin trouble, aux amitiés suspectes et à une dramatique fin de vie opportunément inexpliquée ...

Fils d’un notaire, René Bousquet, né le 11 mai 1909 à Montauban, connaît une ascension fulgurante au sein du Parti radical : il est préfet de la Marne à 31 ans, puis préfet régional de Champagne en avril 1941(le plus jeune préfet de France) et n’a que 33 ans quand il est nommé secrétaire général à la police par Laval en avril 1942.



Apparemment éloigné de l’idéologie antisémite (mais l’histoire de son parcours fera naître des doutes), il n’en est pas moins un serviteur zélé de l’Etat français. Le 2 juillet 1942, il négocie sans sourciller avec les responsables de la police allemande un accord sur l’arrestation et la déportation de 10 000 juifs en zone libre et de 20 000 juifs en zone occupée (accords Oberg-Bousquet) qui se concrétise par les grandes rafles de l’été 1942 (Vél’ d’Hiv) et la livraison des juifs des deux zones aux nazis. Il est limogé en décembre 1943, suite à ses initiatives dans l’enquête sur l’assassinat de Maurice Sarraut, directeur de La Dépêche. Il est remplacé par Joseph Darnand qui porte le nouveau titre de Secrétaire général au maintien de l’ordre.

Lors de son procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat devant la Haute Cour de justice en 1949, il est condamné à cinq ans d’indignité nationale, sanction immédiatement levée. En octobre 1954, devant le tribunal militaire de Paris, il est cité comme témoin au procès du général Oberg, commandant supérieur des SS et de la police allemande en France. Dans les années cinquante, il devient un des principaux dirigeants de la Banque d’Indochine. Le Conseil d’Etat annule en février 1957 le décret l’excluant de la Légion d’honneur. Il se présente aux élections législatives de novembre 1958 dans la troisième circonscription de la Marne mais échoue. Les liens noués avec le quotidien régional « La Dépêche du Midi » dans les années trente se resserrent, il devient conseiller de son propriétaire, Jean Baylet. Sa personnalité trouble mais néanmoins charismatique le conduisent à naviguer au milieu d’affaires plus ou moins opaques, des travers plus que douteux avec l’assurance et le culot de ces promoteurs immobiliers qui sont capables de rebondir à chaque fois, malgré des coups fourrés, des arnaques ou des escroqueries (même à Tourtour on pourrait en voir des spécimens pareils !).
Suite à la plainte déposée contre lui par Serge Klarsfeld en 1989, René Bousquet est inculpé à Paris en mars 1989 pour deux faits : la réunion du 2 juillet 1942 au cours de laquelle il donne son accord aux chefs SS pour que la police française participe à la rafle du Vél’ d’Hiv (12 884 Juifs arrêtés) et l’annulation, par un télégramme daté du 18 août 1942, de plusieurs dispositions réglementaires mettant à l’abri des rafles certaines catégories d’enfants juifs. Il est également inculpé pour crimes contre l’humanité dans le cadre du dossier Papon en avril 1992. On le voit, Tourtour n’est pas obligatoirement tenu de considérer ce monsieur comme un héros local !!...A la veille de son procès, il est "opportunément" assassiné le 8 juin 1993 à son appartement du 34, avenue Raphaël à Paris par Christian Didier (qui sera condamné en 1995 à 10 ans de réclusion et libéré en mars 2000 après 5 années de détention) : son exécution n’a pas réussi à dissiper le mystère sur les vraies motivations du tueur et surtout, sur les véritables commanditaires de l’assassinat : le personnage Bousquet a tellement suscité de polémiques et de revirements que plusieurs pistes (jusqu’aux hautes sphères de l’Etat) ont été avancées mais jamais avérées ... 

René Bousquet est enterré au cimetière de Larrazet dans le Tarn-et-Garonne.

Son amitié avec François Mitterrand a suscité de nombreuses controverses. En 1981, après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, René Bousquet se rend à l’Élysée « pour parler politique ». « Je l’écoutais comme on écoute un chroniqueur politique. Il me voyait comme un continuateur d’une carrière qu’il n’avait pas pu faire » (déclaration de François Mitterrand à Pascale Froment.)

Son fils, (résident au lotissement de Saint-pierre de Tourtour), Guy Bousquet, n’a pas toujours entretenu des relations très étroites avec son père (ils étaient éloignés par les kilomètres !) mais il l’a ensuite défendu, en tant qu’avocat lors du procès et soutenu ensuite avec des ouvrages rédigés pour tenter d’honorer la mémoire d’un "serviteur de l’Etat" ...

C’est vraiment curieux mais certains articles sont plus agréables que d’autres à écrire : celui-là ne restera sans doute pas sur le podium de ceux où je me suis bien régalé ... tant pis !...

Pour en savoir un peu plus sur ce personnage historique très contreversé, vous pouvez consulter le lien suivant :
"Énigme Bousquet", émission sur Public Sénat le 1er décembre 2007 (film + débat)
publicsenat.fr/cms/emission/emission.html

 

Vos commentaires

  • Le 7 octobre 2013 à 21:56, par Goure En réponse à : René Bousquet

    J’ai été vraiment très intéressée par cet article. Je ne savais pas que le sulfureux René Bousquet avait résidé à Tourtour ni qu’il avait encore un fils vivant.
    Espérons que Tourtour ne fera pas comme Brignoles !!

Répondre à cet article

Stats | 2 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017