Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Tourtour..... en 2038 (de janvier à juin) !

Tourtour..... en 2038 (de janvier à juin) !

 Tourtour....en 2038 !! 

   Le Bar des Ormeaux : Karine nous fait penser de plus en plus à sa grand-mère Inès... Gilles n’a plus de cheveux et porte donc un béret indien qui lui va d’ailleurs pas mal. Diana s’occupe de ses sept enfants : Luna, Mara, Mero, Jeua, Veni, Samy et Dimu (elle a eu une bonne idée : les trois premières lettres des jours de la semaine avec une voyelle. Gilles voulait le faire avec les mois de l’année mais la crise boursière de 2008 à 2014 l’a dissuadé de trop être optimiste...et puis c’est vrai que son deuxième se serait appelé "Fève" puis le dernier "Décu" et ce ne sont pas des prénoms faciles à porter...).
Angelin et Annie partagent le temps entre le cabanon et les arrières-petits-enfants, la Corse et la Grèce (ils ont acheté une cabane de pêcheurs et Angelin, lui un des meilleurs coups de 12 du Haut-Var est devenu un artiste du moulinet à Portaria). Annie n’a toujours pas arrêté de fumer et Angelin mange toujours sa petite glace après le café.
Le Bar des Ormeaux a changé lui aussi : une terrasse couverte (en cas d’orages, surtout en mai), un étage avec d’immenses verrières tournées au sud. Finie l’époque du bar familial où chacun trouvait plaisir à voir quelqu’un d’autre, perdue la terrasse où l’on se disputait tellement qu’à la fin on s’aimait encore plus. Certains croyaient que l’on buvait trop de pastis mais ils ne comprenaient pas que ce que nous goûtions d’abord et surtout c’était l’eau de la source du Rosaire qui nous réchauffait le sang et le coeur. Aujourd’hui, les 22 serveurs sont tous en redingote et ils ne comprennent pas quand on leur demande " c’est quand que tu mets la tienne ? "). Le Bar ne ferme pas de la nuit car la vie nocturne de Tourtour est prisée et les fêtards viennent de loin... Jaquie Paille dort de moins en moins malgré son quadruple vitrage ! Heureusement, il nous reste quelques photos... (de Jaquie et du Bar ).

 Les Chênes Verts : Le fantôme de Paul Bajade continue à rôder autour des fourneaux mais c’est Mimoun qui est à la baguette depuis environ 15 ans. Notre célèbre chef s’est retiré Rue du Lavoir et il goûte tranquillement sa retraite. L’évolution du restaurant a été progressive et maintenant les 14 salles permettent d’accueillir 320 personnes à chaque service : les truffes sont toujours à l’honneur mais la carte s’est délibérément tournée vers une cuisine cosmopolite à base de consommés liquoreux aux herbes , de viandes hydrogénées, de légumes azotés et de desserts sucrés-salés-poivrés avec une pointe d’ail confit. Avec une renommée qui a traversé les décennies et un chef qui a tout compris de son maître, les Chênes Verts continuent à être la référence gastronomique de tout le Midi (et le soir aussi).

 La Maison Escarelle : offerte à la commune au début des années 2000, elle a été restaurée et rénovée dans un style architectural résolument porté vers le futur. Sa transformation radicale a grandement ému les tourtourains mais les logiques touristiques et financières ont eu finalement raison de l’opposition quasi générale à ce projet. Il est vrai qu’abandonner ce dernier vestige des anciennes bastides pour la construction d’un centre de rééducation des anciens joueurs dopés du PSG, ce n’était pas la meilleure solution pour bien avoir l’approbation populaire dans le village...

 Le Stade Jean-Marc Simon : Avec l’appui du célèbre Team Cro-Cos-Cop, le club de l’ASTV a gravi les échellons et se trouve maintenant en Ligue 1 et vise pour cette année la participation à une coupe européenne. D’autres gros sponsors locaux et régionaux ont investi dans ce club qui dispose aujourd’hui d’un budget annuel de 350 millions d’euros. (Seul, l’Olympique Lyonnais fait mieux mais on le comprend facilement car ce club qui en est à sa 36ème année de titres consécutifs n’est pas dans la même catégorie) . L’entraineur actuel du club tourtourain, Sébastien Oliviéri, a connu tous les succès au Milan AC, à Chelsea et va faire profiter nos joueurs de son expérience européenne. Le stade porte le nom de celui qui a présidé aux destinés du club pendant 33 ans avant d’aller se reposer dans sa villa du sud de la commune , juste à côté du Ministre des Sports.

 Office de Tourisme  : La grosse boule en inox (sponsorisée par Obut) est le logement futuriste de Mariette (bien qu’étant Charpentier, elle préfère les poutres en ferraille) . L’Office de Tourisme compte 64 employés qui sont tous trilingues. Chaque jour, une moyenne de 1200 personnes transitent par l’Office qui leur donne tous les renseignements nécessaires à une visite de la ville. Des parcours sont organisés dans des bus électriques à 3 étages (il a donc fallu détruire tous les porches de l’ancien village pour pouvoir circuler). 

 La Mairie. Pour son dernier mandat, Mr Pierre Jugy a voulu marquer l’histoire de Tourtour. Depuis 30 ans sous son règne, le village a beaucoup changé et a pris le sentier du futurisme : il a fallu s’adapter aux nouvelles tendances touristico-économiques pour que le village ne connaisse pas l’isolement et la désertification. Aujourd’hui, Tourtour est cité en exemple comme un village devenu ville tout en gardant son caractère provençal : l’anchoïade est toujours servie le dimanche et donc le pire a été évité...

 Espace Bernard Buffet : il y a 30 ans le Papillon et le Scarrabée, 2 statues en bronze ont été installées dans la cour de l’ancienne mairie. Devant le retentissement mondial de cette exposition in-situ, l’Unesco a classé le village au Patrimoine de l’Humanité (il ne s’agit pas bien sûr du journal disparu depuis longtemps..). Une souscription internationale lancée par un consortium japonais a permis l’édification de l’Espace Bernard Buffet : magnifique réalisation architecturale dont la forme élancée symbolise le papillon originel. 

 

   Le trône du maire dessiné dans le plus pur style " Nouvelle Vagh ". Après avoir épuisé son stock de carrelages, l’artiste s’est dirigé vers le bois et le tissu mais on s’est vite aperçu que son inspiration était toujours aussi fertile.

 le chef garde-champêtre : sa brigade compte 33 policiers municipaux (aidés par 110 gendarmes répartis sur le territoire communal. Tourtour est devenu la cible privilégiée des cambrioilages dans la région PACA : chaque année, le poste de police enregistre une moyenne de 520 effractions de résidences privées et 86 intrusions délictueuses dans des établissements publics .

 L’école  : L’école "Annabel Buffet" rend hommage à cette artiste qui a déclenché la renaissance du village et son entrée dans le quatrième millénaire. Son cadeau des 2 sculptures a marqué le départ d’une nouvelle philosophie urbaine véritablement tournée vers le futur et ayant totalement abandonné les idées rétrogrades d’un village tellement dans le ciel qu’il n’avait plus les pieds sur terre. Heureusement à partir des années 2008 et surtout 2009, les transformations se sont accélérées pratiquement à la même vitesse que l’expansion remarquable de Dubaï : avec l’appui de grands hommes dotés d’un sens inné de la notion de réseau et du principe de l’innovation non partagée, la ville est née... De nos jours, l’école compte 24 groupes scolaires, tous dans les mêmes locaux avec répartition par étages (maternelles en rez-de-chaussée pour évacuation rapide en cas de pic de pollution). La cantine sert chaque jour 950 repas et la Semaine du Goût permet heureusement une fois par an aux enfants de se souvenir de ce qu’est une tomate à la provençale.

 

 

 

 le boulodrome couvert "Jean-Louis Le Tinnier". Cet équipement perpétue le mythe de ce septuagénaire encore alerte : bien sûr il ne fait plus les 3 pas à la longue mais sa légendaire science du jeu lui permet de rivaliser encore avec les meilleurs. Durant de nombreuses années, il a organisé le concours financé par la CGT (Communauté Gaie Tourtouraine) qui continue à offrir des soirées conviviales aux amateurs de boules. Ses formules célèbres ( les salades) ont donné à son personnage pittoresque une valeur de mythe, à tel point qu’ une plaque de marbre a été installée avec des phrases éternellement gravées dans la pierre , telles que :
" Celle-là, je la vois belle comme une pastèque !! 
" ça me rappelle le coup que j’ai fait en finale du championnat du monde !! "
" Si c’est comme ça, je vais procéder à une intervention rapide !!"
" Oh pauvre de nous ! ils ont le tafanari bordé de tapenade !! "
Tous les matins, il boit son café à la terrasse des Ormeaux et ses lectures lui ont donné cette agilité poétique qui nous enchantera toujours.

 Centre Aéré " les Diablotins " : après une carrière toute entière consacrée aux enfants avec un dévouement sans faille et une conscience proche de l’apostolat, la petite Stéphanie (qui arrive bientôt à la retraite) peut avoir la fierté d’être à l’origine de ce superbe équipement éducatif et ludique. Elle a su imposer sa fougue et sa motivation face à des gestionnaires qui n’arrivaient pas à comprendre sa vocation désintéressée puisqu’ils ne fonctionnent qu’en termes de rentabilité. Ce centre ultramoderne permet de pratiquer presque toutes les activités, pour enfants ou adultes.


Le Countadou :
il a beaucoup changé . Elargi à 3 voies (dont 1 pour le tram) il n’a plus la même histoire à raconter : c’est toujours le lieu où l’on compte mais il n’y a plus de moutons. Cette avenue est le siège de 26 succursales des grandes banques de la planète financière : il est vrai que les sommes gigantesques qui circulent entre les nouveaux nababs tourtourains réclament des établissements de prestige dans un cadre hautement symbolique...

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le dimanche 23 septembre 2018