Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > Tourtour et la crise ....

Tourtour et la crise ....

 La crise .. . à Tourtour... 

Il n’est guère utile de parler ici de la crise mondialiste qui secoue la planète et provoque des dégats collatéraux dans tous les domaines : d’autres média s’en chargent et ils le font bien.

Malgré tout, il faut dire que les effets de cette crise majeure ont aussi des conséquences dans notre cher village de Tourtour. Perché à 658m, notre "village dans le ciel" est protégé depuis le néolithique de toutes les catastrophes et il réussit toujours à surmonter les épreuves (sarrasines soient-elles). Mais .......

    

 Mais .... il faut bien l’avouer, cette crise dont tout le monde parle a quelques conséquences dans nos ruelles. 
J’ai été frappé par une photo qui m’a été transmise et qui m’a plongé dans une grande tristesse. Rendez-vous compte dans quel état de prostration, d’anxiété, de désarroi se trouve ce misérable tourtourain ! Notre Jean-Charles, lui l’éternel optimiste, le ravi de la place, le guerrier, le vainqueur, le dynamique, le gai luron.... lui, le voir dans cet état ! un drame ! 
Dans son regard, on lit la détresse du salarié qui a cru qu’en travaillant plus on allait gagner plus... Dans ses yeux on devine la misère qui s’abat sur les petites gens, on sent venir la dépression. Le prix des truffes est en baisse, les recrues de l’OM ne tiennent pas leurs promesses, tout va mal... La crise a touché Jean-Charles de plein fouet et nous avons du mal à reconnaître le beau quadragénaire qui faisait fureur dans les bals du Haut-Var : quand nous entendons les économistes réputés nous prédire une année 2009 encore plus récessive, on a du mal à imaginer l’état de délabrement dans lequel nous allons retrouver JC pour le réveillon du jour de l’An...
Nous vivons une bien triste époque ! Il nous reste à soutenir cette chère Marie car elle tient bien le coup et fait bouillir la marmite malgré le prix du bois et des légumes. Bertrand, l’épicier du village, est un homme généreux et il offre aux deux beaux garçons de la famille (Sèb et Lolo) un litre de lait par semaine afin de ne pas compromettre leur calcification déjà bien faible. Angelin, de son côté, permet à Jean-Charles de boire sur la terrasse mais a été obligé de clore la note qui s’alourdissait dangereusement.
Comme a dit Michel Loquès un jour d’orage de grêle, "c’est une vraie désolation !" Et prions tous ensemble pour que cette sale peste de crise(mêlée au choléra) ne touche pas d’autres tourtourains .........

 Allez, Jean-Charles, fais-nous même une jolie risette..... 

  

Mais .....

Mais la crise ne touche pas Tourtour de la même façon.... Les richissimes milliardaires continuent à pouvoir plastronner sur la place et s’avachir sur nos terrasses avec une insidieuse vulgarité. On m’a fait parvenir la photo d’un industriel russe qui a fait fortune en quelques années dans le domaine des nouvelles technologies et de la finance. Son chiffre d’affaires était de 23 milliards d’€ en 2008 : il possède une résidence luxueuse à Solliès-Pont et son épouse Natalia est la nièce du célèbre éleveur Robertov Alexandrovic (parti d’un troupeau de 8 vaches venues des steppes de l’Oural et qui s’est retrouvé à la tête de tout le monopole du circuit bovin russe, un troupeau de trois millions de têtes).

La photo de "notre" milliardaire de l’ancienne Stalingrad, ce monsieur Janos-Lovitch Letiniev, nous plonge dans un univers écoeurant de suffisance, un monde puant de la finance corruptrice et un affichage insolant de richesses accumulées sur la base de magouilles bancaires et fiscales....

C’est tout le paradoxe de notre village où se côtoient sur la même terrasse un brave père de famille confronté à tous les problèmes provoqués par la crise monétaire et économique et un nabab du capitalisme venu de l’Est qui vient nous narguer sous nos fenêtres mais qui oublie aussi de fermer sa braguette...

  

 Et si au moins, ils se rencontraient ces deux messieurs !

Vos commentaires

  • Le 24 mars 2009 à 14:09, par JL Letiniev En réponse à : tourtour et la crise

    Oui je pense m’installer durablement dans votre beau village. Ma fortune faite, je n’en divulguerai pas l’étendue, pour ne pas être, vous le comprendrez indécent. Oui je compte me mettre à l’unisson de la grande majorité des tourtourains, m’imprégner des traditions locales : boire mon pastis à la terrasse des ormeaux, aller ramasser dans les sous-bois les cèpes, girolles et autres « safranés », m’essayer à la délicate chasse aux sangliers pendant que mon épouse Natalia intègrera le groupe folklorique des Bélugues. Si ces occupations sérieuses sont à mes yeux le ciment indispensable d’intégration au sein du village, il est un jeu qui vous élève à coup sur au rang d’authentique provençal : la pétanque.

    Cela est vrai j’ai de suite adoré ce sport qui allie à la fois l’intelligence, l’adresse et l’élégance. Mais j’ai surtout eu la chance d’assister l’été dernier à une partie haute en couleur. Celle-ci opposait deux personnalités locales que dis je deux apollons, deux esthètes maniant les intégrales avec une rare dextérité à un lyonnais colérique qui usait de tous les subterfuges afin de déstabiliser l’adversaire. Sur de leur fait et de leur technique, nos deux gentlemen pétanqueurs ne rentraient pas dans la provocation et faisaient fi des insultes proférées par le gone, des insultes insupportables qui ont fait frémir les oreilles les plus chastes. Pensez un peu, ce pseudo pétanqueur hurlait à qui voulait l’entendre des Benzema et des Junino allant même, je n’ose le dire, lâcher des Aulas et des Coupet, devant des touristes médusés puis très vite horrifiés. Au comble de la mauvaise foi cet odieux personnage, sentant la défaite arriver, s’en pris ouvertement à ses valeureux adversaires, critiquant les fulgurants tirs à la rafle de l’athlétique quadra aux cheveux longs qui provoquaient outre des carreaux en place, l’acclamation des véritables connaisseurs de ce noble sport. La déculottée était inévitable, 13 à 1 au tableau d’affichage. Le lyonnais avait été corrigé et cela malgré l’adresse de son coéquipier , un musculeux afro-tourtourain qui se demandait ce qu’il était venu faire dans cette galère. Cette partie terminée, je m’invitais à la table de ces deux champions qui sirotaient des diabolos menthe (sportif oblige). Du coin de l’œil je pouvais apercevoir celui que je nommerai GG pour garder son anonymat, noyant son chagrin dans le casa-mauresque.
    Alerté par l’article, je vais en profiter pour discuter avec le fameux JC et fort de mes multiples relations le faire intégrer en tant que Directeur Technique National à la FFPJP. Quant à ses deux fils, ils vont très certainement intégrer le club le plus prestigieux de France : l’OM. Quand cela est mérité et que l’on peut rendre service…
    Merci pour votre site, fraternellement
    JL Letiniev

  • Le 25 mars 2009 à 15:26, par Gilbert Giraud En réponse à : Vous avez été bien roulé....!

    Cher Mr Letiniev,

    Permettez-moi avant tout d’être un tantinet fier de vous compter parmi les lecteurs du site : savoir qu’un milliardaire russe est intéressé par nos articles nous donne une dimension internationale que nous n’espérions pas aussi rapide.
    Fier égalemant que vous décidiez de venir passer vos jours dans notre village : Tourtour a besoin de gens de qualité (et de quantité) et vous trouverez autour du maire un grand nombre de gens haut placés qui vous compteront rapidement parmi leurs membres.
    Par contre, il vous faudra un certain temps avant de bien cerner les réalités locales : votre interprétation de la fameuse partie de boules cet été n’est que le résultat d’une méconnaissance historique de la saga pétanque . Figurez vous que le score de 13 à 1 n’est que le fruit d’un cadeau offert à vos deux soi-disant esthètes du sport bouliste. Ces deux spécimens jouent très souvent contre les deux autres (le lyonnais et l’afro) mais les statistiques sur les quatre dernières années font état de leurs 8 malheureuses victoires sur 134 rencontres . Parmi les 126 victoires du tandem Benzéma-E’Too , on compte également 11 parties qui ont obligé les quadras chevelus à aller bisouiller les chairs de Fanny (cherchez bien, ça vous aidera dans votre imprégnation culturelle en même temps que les safranés). Ces assertions sont directement vérifiables au Bar des Ormeaux. Mon pauvre , vous avez été roulé : le jour de votre passage une équipe avait décidé de laisser gagner l’autre et vous êtes tombé dans le piège... Tous les 4 sont bien potes et ne pas avoir vu leurs amis gagner depuis trois semaines, c’était embêtant...

    Autre détail : le GG en question buvait un Casa ce jour-là car il essayait de venir à bout d’une gasto persistante et l’on connaît les bienfaits de l’anis étoilé dans ce cas-là. Ce n’est pas grave Monsieur vous apprendrez vite.... Concernant les aides que vous allez apporter et les relations que vous allez faire jouer, n’oubliez pas de penser à la Mairie, les caisses sont vides paraît-il !

    A bientôt, cher Monsieur et n’oubliez jamais que ce n’est pas parce que l’eau bout que les légumes sont cuits.... Sbretina ayek mutin russia parak ovlindov .

  • Le 17 décembre 2009 à 23:18, par Verdie florent En réponse à : A leur hauteur

    Ces 2 énergu "mens" sont à une hauteur où l’air y es plus frais, plus pur, plus mieux.

    Ils pourraient d’autant plus se rencontrer qu’ils sont les 2 seuls à nous contempler de là-haut. Non pas qu’ils soient des dieux, quoique de l’olympe pour l’un, du stade pour l’autre, mais parce que leurs regards se situent à une parfaite horizontale l’un de l’autre quand nous mêmes nous respirons à peine les paquerettes du plancher des vaches (le mêmes que ceux du Robert).

    Bien à vous messieurs. Je vous aime.

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 17 novembre 2017