Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Patrimoine local > Les maisons du village, les mas > Tuiles et toitures .

Tuiles et toitures .

Tuiles et toitures .  

 

 

Les toitures provençales (et celles de Tourtour en particulier) sont recouvertes de tuiles en terre cuite de forme arrondie : on les appelle "tuiles canal ". 
Notre village étant classé, toutes les toitures doivent impérativement être munies de ces tuiles.

Mais que savons-nous sur cette tradition et sur la gênoise ?

Une tuile est un élément de construction utilisé dans le bâtiment comme pièce de couverture. Ce terme dérive du nom latin tegula, qui dérive de tegere qui signifie « couvrir ». Le terme toit à la même origine.

La plupart du temps, les tuiles sont fabriquées en terre cuite, quelquefois en béton. Elle est très employée dans les régions où l’argile est abondante, généralement dans les plaines, en dessous de 500 mètres d’altitude.

 Les tuiles canal  

La tuile canal, ou tuile traditionnelle, très utilisée dans le sud de la France, s’inspire des formes et surtout de l’aspect, une fois posée, des tuiles romaines telles qu’on peut encore en voir sur les toitures des vieux quartiers des villes italiennes. Ces tuiles étaient de forme différente selon qu’il s’agissait de la tuile du dessous, plate avec deux bords latéraux relevés, ou de celle de dessus, de section semi-circulaire (imbrex et tegula).

Les tuiles canal, telles qu’elles sont fabriquées de nos jours, sont identiques par leur forme, qu’il s’agisse de la tuile du dessus (tuile « de chapeau » ou « de couvert ») aussi bien que de la tuile du dessous (tuile « de courant »). Elles sont de section tronconique : le diamètre de base est plus petit à une extrémité qu’à l’autre (le diamètre de base extérieur du haut de la tuile est le même que celui de l’intérieur du bas de la tuile, ce qui permet de les emboîter).

  

La légende veut qu’autrefois, pour lui donner cette forme, l’argile à l’état de pâte était moulée sur la cuisse, en précisant parfois "sur la cuisse de femmes...", ce qui pourrait avoir un rapport avec le qualificatif, encore attaché aux tuiles canal de grandes dimensions, de : "tige de botte". En fait, on se servait de gabarits en bois sur lesquels la pâte, préformée en galette, était plaquée.

De nos jours, les tuiles-canal sont fabriquées mécaniquement par extrusion au travers d’une filière de section demi-circulaire, puis par découpage des bords de façon à obtenir la forme tronconique requise.

L’assemblage des tuiles canal se fait deux par deux, une tuile dessus avec le dos en haut, une tuile dessous avec le dos en bas, disposées tête-bêche et la tuile de couvert venant recouvrir partiellement la tuile de courant. Ainsi l’eau qui ruisselle sur le dos des tuiles de dessus est recueillie par le canal que constituent les tuiles de dessous.

L’étanchéité de ces toitures, généralement de faible inclinaison (25 à 40 %), étant limitée par manque d’« emboîtements », la tuile canal est plutôt utilisée dans les climats méditerranéens, peu pluvieux. C’est essentiellement une tuile méridionale mais on la trouve en Lorraine et en Champagne orientale sur des bâtiments ruraux construits en profondeur et dont les toits étaient à faible pente.

   

En 1841, Xavier Gilardoni est l’inventeur de la tuile mécanique à emboîtements et à canaux d’écoulement intérieur. Cette tuile économise poids et surface grâce à un ingénieux système d’emboîtement évitant la fixation individuelle de chaque tuile sur les charpentes comme c’était le cas pour les tuiles plates.

La génoise :   

C’est une fermeture d’avant-toit, formée de plusieurs rangs de tuiles-canal en encorbellement et garnies de mortier. Le rôle de la génoise, comme des autres corniches, est d’une part de protéger l’aplomb du mur et d’éloigner les eaux de ruissellement de la façade, et d’autre part de supporter le versant de toit. 

    

On raconte à Tourtour que l’ancien abbé Volpato (le curé bâtisseur) était très habile pour le lancer de tuiles : du bas de l’église, il expédiait la tuile sur le toit avec une pelle et avec un mouvement très ample. La tuile arrivait exactement à côté du maçon qui pouvait facilement s’en saisir.

 

 

Vos commentaires

Répondre à cet article

Mis à jour le lundi 16 septembre 2019