Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Un euro et cinquante-six centimes...

Un euro et cinquante-six centimes...

Un euro et 56 centimes ...

  

1,56 euro, c’est la somme que devra déclarer à la Mairie chaque joueur de pétanque pour justification de la somme perçue par l’association bouliste pour l’été 2008, chaque fois qu’il jouera aux boules en concours.

Je vais vous expliquer tout ça mais en vous prévenant que je n’ai pas encore compris moi-même...

Conseil municipal de septembre 2008 : examen de la situation des associations et clarification des pratiques. L’exemple de la Boule Tourtouraine est choisi. Mme Patricia Coste s’engage dans une magistrale démonstration afin d’expliquer que tout doit être justifié sous forme de factures ou de reçus. En guise d’exemple, l’association bouliste doit prouver que la subvention a bien été reversée sous forme de lots en espèces (on dit les primes). Autrement dit, chaque joueur qui aura perçu un lot (exemple 20 euros) devra donner un reçu au responsable des concours pour que celui-ci puisse le transmettre aux services financiers de la commune afin que des poursuites pénales soient engagées en cas de sommes non déclarées.

Vous ne comprenez pas, soyez rassurés, moi non plus... Donc on continue !

Puisqu’il faut parler chiffres, on va faire un peu d’arithmétique : cette année, la somme allouée à la Boule Tourtouraine s’est élevée à environ 600 euros, par l’intermédiaire de C’ la Festo. Le trésorier de cette structure, Michel Giraud, a bataillé durant des semaines pour obtenir des subsides afin de financer des activités d’animation du village (concerts, spectacles, théâtre, boules..) : les virements entre les services municipaux, le Conseil Général, la Perception et bien sûr la Poste ne se sont pas déroulés comme prévu ce qui a conduit (en dernier recours) Michel à faire l’avance de certaines sommes en urgence pour payer certains musiciens de passage.
Dans ces conditions, la Boule Tourtouraine a fonctionné un tantinet à l’aveugle et avec une faculté requise d’improvisation. Pour situer les choses, les premiers concours ont vu seulement les mises partagées par les vainqueurs (24 inscrits donc 72 euros, finalistes 6 joueurs donc 12 euros de gains pour chacun - ce qui n’attirera pas les requins boulomanes de la région..) . Le Bar des Ormeaux a donné 200 euros et a donc permis l’organisation de 2 concours dans des conditions normales. Ensuite nouvelle période de disette... Autour du 12 août, l’argent est versé pour C’ la Festo et concours normalisés, en tout cas les 3 derniers. A noter que chaque mercredi, la Boule Tourtouraine animait une activité pour les enfants du centre aéré "les Diablotins" (7 séances). 

   

Encore un peu de maths ! Pour la saison estivale 2008, la somme allouée et utilisée par l’association bouliste (au regard de l’effort financier consenti par la Mairie) s’élève donc à 600 euros. Les concours, au nombre de 16, ont compté une moyenne de 24 participants donc au total 384 . En faisant la division 600 par 384 on obtient 1,56. En calculant juste, celui qui a joué 2 fois devra reconnaître avoir joui de 3,12 euros, celui qui aura joué 12 fois devra avouer avoir ponctionné la municipalité de 18,72 euros, même s’il n’a jamais gagné un centime et qu’il a donné 36 euros en mises d’insciption....

Vous suivez ? Moi non plus ! Encore, encore, ça vient ! 

La Boule Tourtouraine va donc préparer des reçus individuels pour que les services financiers de la commune puissent dormir sur leurs deux organes physiologiques de l’audition. Chaque participant à un concours déclarera donc avoir utilisé une partie de la subvention versée. En plus chaque gagnant (dans les finales et demi-finales) devra remplir un imprimé type  où il reconnaîtra avoir reçu la somme de..... tel jour, telle heure : il transmettra en fin de saison le relevé total. Pour l’instant, nous ne savons pas si ces sommes devront être incluses dans la déclaration des revenus du ménage.

  

Remarquez bien que ça devait arriver : à force d’imaginer que les organisateurs des festivités boulistes s’en mettent plein les poches, il fallait prendre des mesures pour faire cesser ces exactions financières. Heureusement pour nous, il reste encore sur nos terres, des âmes bienfaisantes qui vont nous remettre dans le droit chemin. Que Saint-Denis les protège !

L’exemple des boules était vraiment bien choisi et durant ce conseil municipal, chacun aura pu juger de la pertinence de la démarche engagée grâce à l’expérience de Mme Coste dans le domaine de l’événementiel. Bravo !

Patou , c’est pas rien !

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 12 mai 2018