Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Veut-on sortir le sortant...?

Veut-on sortir le sortant...?

 Veut-on sortir le sortant...?  

 

Le numéro 3 de " Tourtour-Actualités " fait des vagues et les remous arrivent de toutes parts. Beaucoup de tourtourains se demandent pourquoi la rédactrice en chef, Mme Coste, a basé son huit pages sur une attaque en règle de l’équipe municipale précédente et aussi sur des accusations non dissimulées contre le maire sortant , Jean Lainé .

La question qui se pose (en lisant entre les lignes) est toute simple : le but recherché est-il de pousser Mr Lainé vers la démission et vers le porche du village ?

Veut-on sortir le sortant ?     

Evidemment, la réponse officielle sera non ! et l’on invoquera la transparence, la clarté, le droit d’information ! Mais quand on surligne certaines phrases dans les divers chapitres, on comprend difficilement que l’objectif de la démarche ne soit pas une invitation vers la sortie...

  

Quelques exemples  :
" abuser de sa position contre les intérêts de la commune"
" d’une très mauvaise surprise à une autre à un rythme inquiétant"
" trop de recours à l’emprunt donc charges financières énormes"

Si l’on comprend bien la belle démonstration de Mme Coste, il est quand même gonflé ce Jean Lainé ! Il a conduit la commune à la ruine, il a pris des décisions très hasardeuses, il n’a pas respecté les électeurs, le village a régressé, les commerçants se plaignaient presque tous, les ruelles étaient sales, l’école abandonnée, l’église en lambeaux, le tourisme en chute, la renommée en berne, les festivités à en pleurer, les permis de construire aux plus offrants, la Mairie en sureffectif, les budgets à l’improviste, les subventions dilapidées, une gestion autocratique, une attitude tyrannique, une personnalité caractérielle, une équipe décimée.... et d’autres insinuations qui transparaîssent à défaut d’être clairement énoncées.

Noùn de San Déni ? Ounté sian ? Faù pa prèndré béléou li gèn per dé ènsuqua ! (approximations du patois tourtourain aussi marquées que celles de Mme Coste sur le précedent mandat ).

Je ne vis pas à l’année au village, je ne vote pas sur la commune mais je n’arrive pas du tout à réfréner ma pulsion coupable à réagir à certaines choses et à me poser quelques questions.... Et parfois, une toute petite pointe d’orgueil me porte à croire que d’autres personnes peuvent penser à peu près comme moi (ça réconforte).

Mais cette Mme Coste, pourquoi dit-elle tout ça de Mr Lainé alors qu’il est aussi au Conseil Municipal ??? 
Et que la liste entière lui avait demandé d’y être ???

Je vais oser me mettre pour un temps dans la peau d’un électeur de Tourtour et je vais faire un léger retour vers le passé, 14 mois en arrière. 

Nous sommes donc en janvier 2008 et l’élection municipale a lieu dans deux mois . Pour l’instant, les jeux sont faits, les dés sont jetés, le scrutin est plié, le nouveau maire est connu et toute la liste est élue .... C’est un peu normal, il n’y a qu’une liste ! Et les colistiers n’ont donc aucun souci à se faire, ils commencent même à poser les premiers jalons vers les services techniques (afin de préparer au mieux les dispositifs d’organisation des services) en même temps qu’ils établissent des liens chaleureux avec les employés municipaux et les assurent d’un avenir rayonnant et paisible.

Dans le village, on est le 9 janvier, l’inquiétude montre son nez : petit à petit, les bouches se délient, les questions se posent, les arguments se fourbissent, les interrogations naissent . Et si une autre liste se montait ? La rumeur se propage du Clos de la Colle au Pré-Puget, de Camp-Fournier jusqu’aux Ribas... Discussions, tractations, contacts, appels, rendez-vous, réunions.... La cavalerie légère en action ! Et les bruits courrent, les suppositions s’accumulent (ça sera qui le premier de la liste ? et les femmes de la liste ? y aura-t-il assez de candidats pour monter la liste ?...) . Des jours et des soirs (et quelques nuits) pour constituer une liste (avec la parité obligatoire) qui puisse faire face à la liste déjà proclamée. : il faut des jeunes, un ou deux étrangers, un commerçant, une ou deux familles bien connues, un pompier, un enseignant.... autrement dit un peu de tout, un peu de tous ! Et ça avance, ça se précise, ça se dit, ça circule et ça commence à faire du bruit .

On entend dire que Pierre Jugy a changé d’avis : lui qui avait claironné pendant des semaines qu’il n’était absolument ni candidat ni intéressé se retrouverait tête de liste ! Ouh la la ! attention danger ! Les Roland, Henri, Jacquine font mine de ne pas s’inquiéter mais ils sentent malgré tout que les choses changent et l’anxiété gagne au fil des jours le camp des vainqueurs déjà et peut-être trop vite déclarés.

La liste Jugy s’étoffe, se structure, s’organise, établit un programme mais il lui manque malgré tout une véritable caution morale, sociale et citoyenne qui ferait immanquablement pencher la balance. Pierre Jugy et Olivier Révelli s’adressent donc au maire sortant Jean Lainé qui était apprécié par les commerçants, les employés municipaux et les électeurs sensibles aux efforts réalisés par le maire durant deux mandats. Et Mr Lainé accepte avec des conditions préalables : la liste Jugy devra se situer dans la continuité des projets engagés et Mr Lainé agirait en conseiller (du mot conseil et du verbe conseiller) mais pas au titre d’adjoint exécutant (l’action sur le terrain étant confiée aux plus jeunes) . Tout le staff de la liste étant en phase avec ces principes de départ, c’est d’accord , la campagne électorale est lancée.... Si l’on comprend bien la démonstration de Mme Coste, Pierre Jugy aurait signé un accord avec Jean Lainé sans avoir une quelconque idée de l’état des finances de la commune : à cette époque là, Roland Pélissier, Mr Schaar, Mr Degryse faisaient peur au village avec des sommes faramineuses à inclure dans le chapitre "faillite" , presque tout le monde en parlait et seuls Pierre Jugy, Patricia Coste, Olivier Révelli, Marc Lavergne (les piliers de la liste) auraient été ignorants de la situation financière qui aurait du être bien sûr la première chose à examiner. Ou alors ils savaient mais ils n’ont pas tenu compte de cet aspect, la caution Lainé leur semblant trop importante pour le scrutin. Ou alors le maire sortant a dissimulé des éléments avec une perfidie totale et il serait temps que l’équipe Jugy le dise clairement plutôt que de donner l’exemple navrant de la bergerie comme accusation servant soi-disant de preuve.

Les 6 semaines suivantes ne resteront guère dans l’histoire du village comme des périodes de franche citoyenneté : les 2 listes se rendaient coup pour coup mais hélas, les clans partisans se constituaient dans le village. En quelques jours, la donne avait totalement changé et la bataille faisait rage sur la place et dans les boîtes aux lettres. Des réunions publiques aux accents revanchards, des positions tranchées à la machette, des accusations sans preuves, des rancunes familiales ancestrales, des menaces déguisées, des rumeurs volontairement colportées.... six semaines de rancoeur, de violence, de haine. Les électeurs sont maintenant placés devant un choix à effectuer entre 2 listes et il faut se positionner car l’élection est proche. L’opinion semble s’être portée sur la liste Pélissier mais des éléments tangibles mettent en doute le résultat soi-disant acquis .

Et le jour du scrutin arrive.  

Ce dimanche là ne respire guère l’union, la solidarité ni même la démocratie. La pêche aux voix bat son plein et l’urne est surveillée comme la cuisson de la brouillade d’Angèle... A 18 h, c’est le dépouillement et il faut réconnaître que le mot est bien choisi ce jour-là . La liste autrefois favorite s’est faite dépouiller de ses électeurs et à chaque enveloppe ouverte, le résultat se précise. La liste Jugy, inexorablement , grimpe et éclipse l’autre liste de Roland Pélissier : en fin de soirée, les résultats sont proclamés et le village est à ce moment-là coupé en deux. La surprise est totale, le revirement est inattendu. Bien sûr, les états-major de chaque camp ont des réactions radicalement antinomiques et les attitudes des électeurs sont diamétralement opposées. Les rires se mélangent aux rancoeurs, les embrassades côtoient les moments de dépit, les regards refusent de se croiser, certains voisins s’évitent et des familles se déchirent .

Les urnes ont parlé, 10 élus au premier tour et tous de la liste considérée un temps comme battue d’avance. Il reste un élu à désigner au second tour pour compléter le conseil municipal et le dimanche suivant Jean Lainé est déclaré élu, aucun candidat de l’autre liste ne s’étant présenté.

Dès le lendemain, les réactions à chaud continuent d’alimenter les discussions et l’on sent que le résultat de cette campagne électorale ne se mesurera pas seulement par des chiffres et des pourcentages. Les raisons qui ont conduit la liste Jugy au succès impensable 3 mois auparavant sont examinées avec soin et il ressort que la population tourtouraine s’est tournée vers la liste qui faisait le moins peur, la liste qui symbolisait la continuité plus que la rupture brutale, qui présentait un projet en cohérence avec les mandats précédents, qui déclarait disposer d’appuis haut placés et très influents et qui, en plus et surtout, comprenait dans ses rangs le maire sortant qui avait effectué deux mandats au service du village. La victoire de Pierre Jugy était à mettre en grande partie sur l’appui que donnait Jean Lainé à la liste. On peut facilement imaginer par exemple que Jean-Marie Brémond et Henri Ferran ne se seraient peut-être pas portés candidats si Mr Lainé n’avait pas été à leurs côtés.

Quand Pierre et Olivier ont appelé Mr Lainé sur la liste, il est évident que la continuité de la politique municipale était un argument prioritaire, que le suivi des dossiers engagés serait donc facilité et que l’expérience des 2 mandats serait un atout important pour l’installation de la "new team" . Et le Mr Coste Thierry, il était où  ? Lui, le lobbyiste de renom qui a conseillé les plus grands personnages n’a pas été capable de voir les ennuis si gigantesques que connaissait la Mairie ? Et il propulse sa dulcinée comme première adjointe ? Et il n’a jamais parlé avec Jean Lainé ? Et il ne lui a pas fait confiance ? Pipeau, pipette, pipasse...

Chers élus tourtourains, votre mission est délicate et vous méritez notre respect pour votre dévouement . Malgré tout, vous n’allez pas pouvoir ignorer longtemps les questions que se posent de nombreux tourtourains. Si vous ne voyez pas que la déception est profonde chez certains de vos électeurs c’est sûrement parce que vos "fourmis besogneuses" ont passé trop de temps à fouiller des tiroirs en oubliant de voir et d’entendre ce qui se passait dans les ruelles et sur la place. Si vous ne comprenez pas très vite que vous devez rassurer les électeurs, les habitants, les citoyens par une réunion publique c’est que les oeillères que vous portez actuellement vous dissimulent aussi le cerveau...

Vos commentaires

  • Le 30 mars 2009 à 13:57, par Jean Lainé En réponse à : Actualités-Tourtour

    Pour commencer une petite correction : pour le 2ème tour de l’élection municipale il y avait un représentant de la liste conduite par Roland Pelissier en la personne de Fabien Brieugne qui a été éliminé.

    Concernant le bulletin Actualités-Tourtour, il y a beaucoup à dire tant sur la forme que sur le fond. La plupart des articles dénotent une méconnaissance du village,qui se traduit par un manque d’objectivité.J ’avais rédigé un long commentaire, qui reprenait point par point les différents articles Au moment de l’envoyer, il a disparu. Ce sont les joies de l’informatique.

    À la réunion du conseil du Vendredi le 27 mars, le maire a fait ,une déclarationen s’excusant des interprétations qui ont accompagné la publication de ce bulletin. Il a précisé qu’il n’était pas question de critiquer la gestion de l’équipe sortante... dont acte !! Il Faut espérer que les prochains bulletins seront rédigés de telle façon qu’ils ne laissent pas la place à des interprétations tendancieuses.

    Moi-même à la fin de la réunion, j’ai dit clairement ce que je pensais, attendons la suite.

    Un point important, à la suite de l’article paru dans Var-Matin du 24 mars, Pierre Jugt est intervenu auprès de la direction du journal pour que L.C ne soit plus habilité comme correspondant de presse de Tourtour...Il serait étonnant qu’il n’y ait aucune réaction.

  • Le 30 mars 2009 à 19:26, par Gilbert Giraud En réponse à : Le pétard humide ...

    Je réponds au message dans l’article " de l’alerte rouge au pétard mouillé " (rubrique l’Union) et j’utilise une partie du texte. Tant mieux si les tensions s’apaisent mais il faut retenir de tout cela que la vigilence est plus que jamais de mise : les excuses en conseil ne sont guère suffisantes pour être accordées par TOUS les tourtourains. De même que Var-Matin est en cause mais il ne fait que reprendre les termes du bulletin. Au fait, si Mr Jugy cherche un nouveau correspondant pour Tourtour, je pose ma candidature dès aujourd’hui ! (à partir de juillet bien sûr... et s’il accepte je lui assure par contrat écrit -et publié sur le site- qu’aucun article ne serait publié sans avoir été validé par le maire et deux adjoints, ce qui éviterait le couac des derniers jours. ). Bonne soirée.

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 17 novembre 2017