Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > Annie Ernaux, une petite anecdote tourtouraine sur la première française (...)

Annie Ernaux, une petite anecdote tourtouraine sur la première française Prix Nobel de littérature ....

Annie Ernaux, une petite anecdote tourtouraine

sur la première française Prix Nobel de littérature ....

Sur sa page Facebook, le tourtourain Jean-Louis Le Tinnier a publié un article du journal Le Monde retraçant la distinction de Prix Nobel de littérature attribuée à Annie Ernaux...En commentaires, Jean-louis écrivait aussi .. :

Jean Louis Le Tinnier le jeudi 6 octobre
Gilbert tu le savais déjà depuis longtemps.

Même un lecteur avisé risque de ne pas comprendre illico pourquoi et comment j’aurais pu savoir "depuis longtemps" que cette écrivaine allait recevoir ce prix prestigieux ! Alors, pour tenter d’éclaircir le propos, j’ai répondu à J-LLT...

Gilbert Giraud le vendredi 7 octobre
Coucou,
J’ai lu son dernier livre ("le jeune homme", Chez Gallimard) au printemps et quand nous nous sommes vus fin juin je t’avais parlé de cette écrivaine que tu ne connaissais pas ... J’avais été très marqué par la découverte de ce génie de l’écriture et je t’avais dit qu’Annie Ernaux serait surement honorée du Prix Nobel de Littérature à plus ou moins brève échéance... Les membres du Comité suédois n’ont pas voulu me faire attendre et quelques mois après, ils l’ont consacrée... A l’annonce de cette fabuleuse distinction, j’étais content comme un gosse...

Voilà donc cette petite anecdote tourtouraine qui ne restera pas dans les annales historiques du village mais qui sera néanmoins le récit d’un moment simple de joie personnelle...


Quelques éléments concernant Annie Ernaux...(vous en trouverez d’autres sur tous supports, sur tous réseaux ).

ANNIE ERNAUX, PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE
Annie Ernaux, nouvelle grande Marraine des Amis de l’Humanité, s’est vu décerner le prix Nobel de littérature 2022, ce jeudi 6 octobre. Les Nobel ont ainsi couronné la carrière de l’autrice des Années (Gallimard, 2008), née en 1940. Elle devient le seizième écrivain français à recevoir cette distinction, depuis 1901, huit ans après Patrick Modiano, et elle devient la première autrice française et la dix-septième femme.
« Je considère que c’est un très grand honneur qu’on me fait et, pour moi, en même temps, une grande responsabilité, une responsabilité qu’on me donne en me donnant le prix Nobel », a réagi la lauréate auprès de la télévision suédoise SVT. « C’est-à-dire de témoigner (…) d’une forme de justesse, de justice, par rapport au monde », a-t-elle ajouté.

... un livre-bijou, un bijou-livre...

En choisissant la Française, figure du féminisme, le jury Nobel a voulu récompenser « le courage et l’acuité clinique avec laquelle elle découvre les racines, les éloignements et les contraintes collectives de la mémoire personnelle ». L’Académie couronne une écrivaine qui « examine constamment et sous différents angles des vies marquées par les disparités, à savoir : le genre, la langue et la classe sociale ».

Nous en pleurons de bonheur ! Avec elle, les lettres francophones parlent au monde une langue délicate qui n’est pas celle de l’argent, mais celle de la liberté et des oubliés du siècle... JED (Jean-Emmanuel Ducoin).

______________________

Répondre à cet article

Mis à jour le vendredi 18 novembre 2022